La composante TPS/TVH dans le règlement d'un litige commercial

Si vous possédez ou gérez une entreprise, il arrive parfois qu'un certain montant aux conditions d'un contrat ou à un paiement vous oppose à un client ou un fournisseur. Ces litiges sont parfois soumis à des avocats, et ils aboutissent parfois en cour.

Vous êtes à la recherche d'un règlement ou d'un règlement en matière de TPS ou de TVH? Il se peut que votre avocat ne soit pas au courant.

Un règlement ou une indemnité pour la rupture de contrat sera considéré comme incluant les taxes si les conditions suivantes sont remplies:

  • Le paiement est «bénéficiaire» au «fournisseur», plutôt que dans l'autre sens. C'est l'acheteur, le locataire ou le client qui fait le paiement, et le vendeur, le bailleur ou le fournisseur qui reçoit. (En d'autres termes, l'argent suit la même direction que s'il était cheminé en vertu du contrat.);
  • Le paiement vise la rupture, la résiliation ou la modification d'un contrat ou d'une entente. (Il n'est pas nécessaire que le contrat soit écrit: une entente verbale d'achat ou de location d'un bien, ou d'une prestation de services, est un contrat.);
  • La TPS ou la TVH était payable, ou non payable, en vertu du contrat, si celui-ci avait été exécuté comme prévu.

En pareilles circonstances, tout montant de règlement est normalement réputé, en vertu de la Loi sur la taxe d'accise, être un montant total qui comprend déjà le TPS ou la TVH.

Le vendeur doit supprimer une fraction du total et le remettre à l'ARC à titre de TPS ou de TVH. La fraction dépend de la province. En Ontario (où le taux de TVH est de 13%), la fraction est 13/113, ou juste un peu plus de 11,5%. Dans les provinces de l'Atlantique (taux de TVH de 15%), la fraction est 15/115. Dans les provinces qui n'ont pas le régime de la TVH (taux de TPS de 5%), la fraction est 5/105. Au Québec, la taxe de vente du Québec (TVQ) est traitée de la même façon

Le bénéficiaire (acheteur, locataire) peut demander un crédit de taxe sur intrants et recouvrer le même montant de l'ARC, s'il avait été en mesure de demander le crédit si l'argent avait été versé en vertu du contrat.

La même règle s'applique à un montant qui est conservé à titre d'acompte perdu ou confisqué.

Exemple 1

Propriétaire loue des locaux pour bureaux en Ontario à Locataire pour 5 000 $ par mois plus la TVH de 13 %, en vertu d'un bail d'un an. Six mois après l'entrée en vigueur du bail, Locataire souhaite le résilier. Après quelques discussions, Propriétaire convient d'accepter un paiement unique de 10 000 $ pour libérer Locataire du bail.

Propriétaire doit considérer le montant reçu comme comprenant la TVH. Si Propriétaire accepte 10 000 $, il doit calculer 13/113 de ce montant, soit 1 150,44 $, et remettre cette somme à l'ARC comme TVH perçue. En fait, Propriétaire a reçu 8 849,56 $ plus la TVH de 13 % de 1 150,44 $.

De même, Locataire paie 8 849,56 $ plus la TVH de 1 150,44 $. Si Locataire est une entreprise normale qui peut demander un crédit de taxe sur intrants pour la TVH qu'elle paie, elle peut recouvrer les 1 150,44 $ à titre de remboursement dans sa prochaine déclaration de TVH – ce qui est une aubaine si Locataire a conclu la transaction sans s'attendre à ce crédit. Ce peut être le cas même si la convention de règlement ne fait pas mention de la TVH.

Si Propriétaire veut réellement obtenir 10 000 $ en règlement, il doit ajouter la TVH de 13 % et demander 11 300 $. Il conserve les 10 000 $ et envoie 1 300 $ (13/113 de 11 300 $) à l'Administration à titre de TVH, et Locataire (s'il s'agit d'une entreprise) peut demander le remboursement des mêmes 1 300 $ à titre de crédit de taxe sur intrants.

Exemple 2

B (un entrepreneur) construit à Edmonton une nouvelle maison en vue de la vente. P (l'acheteur) offre 300 000 $ pour la maison, et verse un acompte de 10 000 $. Puis, P change d'idée et se retire de la transaction, abandonnant l'acompte versé. B décide de ne pas poursuivre et conserve simplement les 10 000 $.

B ne conserve pas réellement 10 000 $. En effet, ce montant est réputé comprendre la TPS, qui est calculée à raison de 5/105 de ce montant, soit 476,19 $. Par conséquent, B reçoit 9 523,81 $ plus la TPS de 5 % ou 476,19 $, et il doit remettre ce montant à l'Administration.

B risque d'être fort surpris. En effet, il n'aurait pas accepté un acompte de 10 000 $ s'il avait compris qu'il s'agissait en réalité d'un acompte de seulement 9 523,81 $ plus la TPS.

(Dans ce cas, l'acompte comprend le montant complet de la TPS de 5 % en dépit du fait que, si la vente avait été menée à terme, 1,8 point de pourcentage des 5 % aurait été remboursé à P au titre du remboursement pour habitations neuves.)

Morale de l'histoire : chaque fois que vous réglez un litige commercial, que ce soit par la voie légale ou autrement, assurez-vous de « majorer » le montant du règlement pour tenir compte de la TPS, de la TVH ou de la TVQ, de façon à disposer du montant de la taxe à remettre à l'Administration sans gruger le montant du règlement.

Ces règles ne s'appliquent pas aux paiements effectués par un fournisseur – par exemple, le paiement effectué par un propriétaire pour la résiliation hâtive d'un bail par le locataire. Elles ne s'appliquent pas non plus aux paiements qui ne sont pas liés à un contrat – par exemple, des paiements pour dommages causés par la négligence, comme lorsqu'une personne avec laquelle vous n'avez pas de lien contractuel endommage des biens de votre entreprise.

Si le règlement du litige est confié à un avocat, ne présumez pas que celui-ci s'occupe de la question des impôts.

Dernière modification le jeudi, 15 mars 2018 11:41
Télécharger sous format PDF
Autres articles dans cette édition : « Article précédent Article suivant »